Audioprothèses : Santéclair dénonce les mensonges de l’Unsaf

Dans un communiqué datant du 3 mars, le Syndicat national des audioprothésistes (Unsaf) se prend une nouvelle fois les pieds dans le tapis en publiant sciemment de graves contre-vérités sur notre réseau de professionnels partenaires ainsi que sur notre appel d’offres actuellement en cours. Rétablissons les faits.

 

« La première erreur du syndicat est de taille », écrivions nous en décembre dernier en réaction à une attaque similaire de l’Unsaf. De fait, le syndicat ne s’est pas beaucoup renouvelé et affirme une nouvelle fois dans son communiqué du 3 mars que notre réseau d’audioprothésistes « ne compterait que 300 audioprothésistes, soit à peine 10 % des professionnels en exercice ».

C’est faux : le réseau d’audioprothésistes partenaires de Santéclair rassemble 800 centres d’audition répartis sur tout le territoire. Le maillage de nos réseaux, celui des audioprothésistes notamment, est accessible en quelques clics depuis notre site.

2300 € de reste à charge hors du réseau Santéclair

Pour l’Unsaf  notre réseau « ne permet pas un service de proximité, ce qui est très pénalisant pour les déficients auditifs ». Santéclair souhaite rassurer le syndicat : dans leur très grande majorité (85%), les bénéficiaires de nos services disposent d’un audioprothésiste à moins de 15 km de leur domicile.

Rappelons que le prix moyen d’un appareil auditif s’élève à 1600 euros et qu’en général les deux oreilles sont à équiper. Montant total de la facture : 3200 euros. Après intervention de la sécu et des complémentaire, il reste en moyenne 2300 euros à la charge du patient. En 2014, les personnes retraitées touchaient en moyenne 1300 € brut par mois. Combien de nos concitoyens peuvent se permettre de dépenser 2 mois de pension pour un bien de santé ?

La perte d’audition est inéluctable avec l’âge. Le réseau d’audioprothésistes de Santéclair actuellement en cours de renouvellement (ce qui n’a bien entendu rien à voir avec l’attaque du syndicat) proposera des tarifs 35% moins élevés que ceux du marché. Le prix moyen d’un équipement acheté au sein de ce réseau en 2015 s’est élevé à 1167 € (par oreille). Pour l’Unsaf ces tarifs seraient « intenables ». Rassurons une nouvelle fois le syndicat : ces tarifs sont non seulement tenables, il sont aussi tenus.

Les petits arrangements avec la réalité de l’Unsaf

Dans son communiqué, l’Unsaf ne retient, à dessein, que trois des critères que nous avons choisi d’utiliser afin de sélectionner nos futurs partenaires (accès Wi-Fi dans la salle d’attente, service de boissons dans la salle d’attente et volume supérieur à 22 m3 de la cabine). Et le syndicat de s’interroger : « Est-ce avec ces critères que Santéclair compte s’assurer de la qualité de service rendue par les audioprothésistes de son réseau ? »

Pour établir certains critères permettant la sélection des audioprothésistes (sans numerus clausus, précisons le), Santéclair a réuni des malentendants et des enfants de malentendants afin de comprendre leurs attentes en matière de services.  Ces trois critères font partie des éléments ayant émergé de ces consultations. Mais ils ne comptent que pour 3% dans le score final qui nous sert à établir notre sélection.

L’Unsaf omet ainsi de dire que l’appel d’offre de Santéclair, qui est ouvert jusqu’au 17 mars, restreint l’accès à son réseau aux centres au sein desquels un audioprothésiste exerce au moins 4 demi-journées par semaine. Plus le temps de présence de l’audioprothésiste est élevé, meilleur est le score du centre et plus ses chances d’intégrer notre réseau sont élevées.

Nombreux critères de qualité à l’appui de notre sélection

Tout comme le syndicat ignore le fait que Santéclair valorise les formations complémentaires de l’audioprothésiste (audiologie, électronique, acoustique) ou encore la présence d’un assistant pour permettre au professionnel de consacrer du temps à son cœur de métier. Accueil des personnes à mobilité réduite, ouverture le samedi (pour faciliter l’accompagnement du patient), prise de rendez-vous en ligne, facilité de paiement… Notre évaluation s’appuie en tout sur une trentaine de critères de qualité.

L’Unsaf tente de décrédibiliser notre processus de sélection ? Qu’importe, notre juge de paix reste le patient. Or, il se trouve que les utilisateurs de notre réseau d’audioprothésistes partenaires sont unanimes. Un baromètre de satisfaction s’appuyant sur l’avis de 710 utilisateurs (plus de 10 000 patients ont fréquenté notre réseau en 2015) a montré que 96,4% d’entre eux recommandent ce service.

Face aux restes à charge élevés auxquels les patients sont soumis, les réseaux de soins, celui de Santéclair notamment, constituent le seul véritable outil pour diminuer le renoncement aux soins qui touche de plein fouet le secteur de l’audioprothèse. Notre objectif a été et sera toujours de faciliter l’accès aux aides auditives à des tarifs plus abordables et dans les meilleures conditions de qualité possibles.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.