Non catégorisé — 12 septembre 2018
Chirurgie : les médecins Optam sont-ils moins chers ?

Une étude réalisée par le Groupe Henner montre que les médecins ayant adhéré à l’Optam respectent pour la plupart les engagements de maîtrise tarifaire relatifs à ce dispositif. Une bonne nouvelle pour les patients qui disposent d’un outil efficace pour aiguiller leur choix vers des soins à coûts limités.

 

 

La mise en place du dispositif d’Option de pratique tarifaire maîtrisée (Optam) a-t-elle participé à contenir l’explosion des dépassements d’honoraires des médecins ayant accepté d’y adhérer ?

Une étude publiée durant l’été par le groupe de courtage Henner montre que ces praticiens facturent des dépassements d’honoraires en général moins élevés que leurs confrères qui n’ont pas adhéré à l’Optam.

Une prise en charge contrainte des dépassements

Dans la grande majorité des cas, les tarifs des « spécialistes Optam » sont par ailleurs inférieurs au plafond de prise en charge auquel les organismes complémentaires sont soumis depuis la réforme des contrats dits « responsables ».

Depuis le 1er janvier 2016, la règlementation de ces contrats (qui constituent 90% des offres souscrites par les Français) limite en effet le remboursement des dépassements d’honoraires à 100% du tarif de convention (le fameux « tarif Sécu » ou base de remboursement).

Plafonnement à 100 %, reste à charge au tournant

Un acte (fictif) qui vaut 100 € ne peut donc être remboursé par les organismes complémentaires au-delà d’un montant de 200 € (100 € + 100% de 100 €). Autre exemple, bien réel celui-là : l’opération de reconstruction des ligaments croisés dont le tarif Sécurité sociale est de 445  €. « Les honoraires de chirurgie peuvent aller jusqu’à plus de 1800 €, pointe les auteurs de l’étude, là où le remboursement de la Sécurité sociale et de la complémentaire santé ne pourra pas excéder 890  €.

On le voit, ce plafonnement est susceptible de générer un reste-à-charge conséquent pour les actes qui sont l’objet de dépassements élevés. « Si les restes à charge se limitent à quelques dizaines d’euros pour les consultations de spécialistes, il n’en est pas de même sur les honoraires de chirurgie et d’obstétrique », fait valoir le groupe Henner.

Un dispositif de maîtrise tarifaire visiblement efficace

Les médecins ayant adhéré à l’Optam s’engagent à facturer des dépassements modérés sur l’ensemble de leur activité en échange d’un allègement de leurs charges sociales. Ponctuellement, ils peuvent toutefois avoir la main plus lourde.

Selon le Groupe Henner, qui pour cette étude a passé au crible quelque 100 000 factures pour autant d’actes de chirurgie et d’obstétrique, les dépassements d’honoraires supérieurs au plafond légal de remboursement « sont réalisés à 95% par les chirurgiens ou obstétriciens n’ayant pas signé l’Optam ».

Privilégiez (quand c’est possible) les spécialistes adhérents à l’Optam

Voilà pour l’analyse à l’échelle nationale. Certains bassins de population peuvent présenter une part non négligeable de dépassements élevés (comprendre, supérieur à 100% du tarif de convention) attribuables à des signataires de l’Optam. C’est vrai notamment dans les Alpes maritimes où cette proportion atteint 17 %.

Il n’en demeure pas moins, cette étude le confirme, qu’en privilégiant les praticiens adhérents à ce dispositif de maîtrise tarifaire les patients ont de bonne chance de limiter le montant de leur reste-à-charge. Précisons toutefois que certaines spécialités présentent très peu de praticiens se trouvant dans ce cas de figure. Pour identifier les « spécialistes Optam », rendez-vous sur l’annuaire des professionnels de santé disponible sur le site de l’Assurance maladie.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.