Soins dentaires : des renoncements encore importants

Une étude de la Drees publiée récemment montre que le taux de renoncement aux soins dentaires déclaré en France est substantiellement plus élevé que la moyenne européenne. Le motif de ces renoncements est la plupart du temps financier comme l’a déjà montré une étude de Santéclair publiée sur le sujet il y a quelques mois.

 

Le taux de renoncement aux soins dentaires en France est supérieur à la moyenne européenne (7%) dans les pays du Sud (Portugal 19 %, Grèce 14 %, Italie 12 % et Espagne 10 %) et en France (9 %). Le coût élevé des soins dentaires est la principale cause de renoncement évoquée en France (plus de la moitié) comme en moyenne au sein de l’UE 15 (2 fois sur 3).

C’est l’un des enseignements du rapport sur les dépenses de santé pour l’année 2015, publié au début du mois de novembre, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) qui s’est appuyée, pour cette analyse, sur l’Enquête des statistiques sur le revenu et les conditions de vie de l’Union européenne (EU-SILC).

Le motif financier très fréquemment invoqué

En Italie, en Grèce ou au Portugal, pointe la Drees, les raisons financières sont encore plus fréquemment évoquées pour justifier le renoncement aux soins dentaires (entre 8 et 9 fois sur 10). De fait, en Italie, par exemple, les dépenses de prothèses dentaires sont intégralement à la charge du bénéficiaire. « C’est également le cas pour les autres soins dentaires, sauf en cas de grande vulnérabilité sociale ou sanitaire donnant  droit à la gratuité ».

Les listes d’attentes et l’éloignement sont des motifs de renoncement peu évoqués pour les soins dentaires. En revanche, parmi les autres motifs, la peur est plus fréquemment mentionnée que pour les soins médicaux et l’attentisme l’est moins souvent.

Le panorama de la santé 2016 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), publié début novembre également s’est lui aussi penché sur le sujet à partir des mêmes données source (Enquête EU-SILC). Dans ce rapport, relève le quotidien Les Echos, l’OCDE met en évidence le rôle de la crise financière de 2008 dans le recul de l’accès aux soins médicaux ou dentaires.

Le rôle de la crise financière dans le non recours aux soins

« En effet, le taux de renoncement était au plus bas en 2009 en Europe, puis il a commencé à augmenter en 2010. Il y a eu un petit mieux en 2012, et, depuis, la courbe des besoins de soins non satisfaits ne cesse de grimper ». La situation est par exemple dramatique en Grèce, avec un renoncement aux soins médicaux supérieur à 16 % en 2014. En France, la situation n’est évidemment pas aussi grave, « mais la courbe croît vivement depuis 2013 ».

Rappelons que ces données s’appuient sur des enquêtes déclaratives. En octobre 2015, Santéclair a publié les résultats d’une étude menée auprès de 500 patients ayant soumis une demande d’analyse de devis dentaires à nos services afin de vérifier, un an après, si les traitements avaient ou non été engagés.

Un taux de renoncement jusqu’à 40 % selon nos données

Résultat : près de 40 % des assurés de notre échantillon (190 dossiers) n’avaient pas engagé les soins, 17,6% d’entre eux (88 dossiers) ne les ayant réalisé que partiellement. Sur 500 patients, 213 seulement (42,6%) ont effectué la totalité du plan de traitement proposé. « Notons que les interventions lourdes et donc coûteuses ne sont pas les seules à décourager les patients qui sont également susceptibles de renoncer en grand nombre pour un plan de traitement de une à trois dents », écrivions nous alors.

Le réseau de chirurgiens dentistes partenaires mis en place par Santéclair répond précisément aux attentes de ces patients qui renoncent aux soins pour des raisons financières. Ces partenaires proposent en effet des tarifs sur les soins prothétiques 20% moins chers que ceux du marché (environ 40 % d’économies pour la pose d’un implant) tout en ayant souscrit à un cahier des charges qui garantit la qualité des soins. A noter, pour les lecteurs chirurgiens dentistes de ce blog, qu’un appel d’offre pour étoffer ce réseau court depuis le 16 novembre jusqu’au 20 décembre.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.