Le blog Santéclair

Toutes les informations et bonnes pratiques pour mieux vous orienter en matière de santé !

Aides auditives gratuites en 2021 : faut-il attendre pour s'équiper ?
Partager
Aides auditives, faut-il attendre pour s'équiper ?

Dans deux ans, lorsque la réforme « 100% Santé » engagée par le gouvernement sera pleinement appliquée, les personnes malentendantes auront accès à des aides auditives sans avoir à débourser un centime de leur poche. Alors quelle attitude adopter pour s’équiper ? Acheter dès à présent ou différer son achat en 2021 ? Le point avec Céline Robin, audioprothésiste consultante Santéclair.  

 

Quel est le principe de la réforme en cours ?

 

Céline Robin : L’objectif du « 100% Santé » est de permettre l’acquisition d’aides auditives de qualité avec un reste à charge zéro. Il n’y a désormais plus que deux classes d’appareils. Ceux qui font partie de la classe 1, c’est-à-dire du panier de soins couverts à 100% à partir de 2021, et ceux de la classe 2 correspondant à un panier qui reste et restera à tarifs libres. Ce dernier sera regardé de près par la Sécurité sociale car si les prix dérapent, des mesures d’encadrement seront prises. On parle aussi pour le second panier, de « panier maîtrisé » parce que les complémentaires santé s’engagent sur un plafond de 1 700 € maximum remboursables par oreille. 

La réforme a commencé le 1er janvier 2019. Elle se poursuivra l’année prochaine pour atteindre le reste à charge zéro euro (RAC 0) sur le panier de la classe 1 en 2021. Depuis cette année, tous les audioprothésistes de France doivent proposer une offre au prix plafond de 1 300 € par appareil. De son côté le remboursement de la Sécurité sociale est passé de 120 à 180 € par oreille. Ainsi, au cours des années à venir, les tarifs des appareils vont baisser tandis que les remboursements des assurances obligatoires et complémentaires augmenteront. On arrivera ainsi à un prix plancher d’une part et un remboursement maximal d’autre part. 

 

On a donc intérêt à attendre 2021 pour s’équiper d’une aide auditive ?

 

Céline Robin : En apparence oui. Mais la réalité est différente. On peut par exemple vouloir s’équiper avec la dernière technologie avec puce ultra-performante. Dans ce cas, ce type d’appareil reste classé dans la catégorie des tarifs libres, hors panier RAC 0. Il est donc inutile d’attendre. Une autre raison, majeure et d’ordre médical invite à raisonner autrement. En matière de correction, s’équiper tôt est meilleur pour l’audition et permet de mieux s’adapter aux appareils. Il est également plus simple d’apprendre à manipuler des appareils à 65 ans qu’à 85 ans. Si on est prêt à s’équiper, mieux vaut le faire. C’est une question de bien-être. Les répercussions de la baisse d’audition sont importantes et ce, à court terme. Si le doute persiste sur l’intérêt de s’équiper maintenant ou d’attendre 2021, je conseille de consulter un audioprothésiste. Le dépistage y est souvent gratuit. C’est le cas chez les audioprothésistes partenaires de Santéclair pour tous nos bénéficiaires. Le professionnel saura évaluer la perte d’audition éventuelle et vous aider ainsi à arbitrer cette question.  

 

Quels sont les risques du non-appareillage pour la santé ?

 

Céline Robin : Il s’agit des risques liés aux trois D. D comme dépendance car quand on n’entend pas bien, la perte d’autonomie s’en trouve largement accélérée. D comme démence, un risque d’échanger moins avec les autres sur le long terme. Les aires corticales liées à la mémorisation sont moins sollicitées, ne travaillent pas suffisamment, ce qui peut créer des troubles neurodégénératifs. Enfin, D comme dépression. Le fait d’être isolé, de ne plus participer à la vie familiale ou sociale conduit à ne plus pouvoir vivre dans le moment présent et fait le lit de la dépression. 

 

Un changement de culture face à la perte d’audition n’est-il pas nécessaire ?

 

Céline Robin  : Très certainement. Et l’intérêt de la réforme « 100 % Santé », c’est aussi de favoriser la connaissance de la problématique de l’appareillage auditif. Pour qu’on en finisse de considérer que la perte d’audition est une fatalité sans solution. Cette réforme et les actions envisagées (information, campagnes de dépistage) contribueront à changer la culture que nous avons de l’audition et l’audioprothèse. Santéclair entend ainsi participer à la diffusion d’une information juste et loyale.

 

Et que propose Santéclair sur ce créneau de l’audioprothèse ?

 

Céline Robin  : Un réseau de 800 audioprothésistes avec des prix inférieurs de 35% à ceux constatés sur le marché ; Un prix à 850 € par oreille pour le panier RAC 0 (Classe 1) ; Quatre gammes tarifaires avec un prix plafond de 1 300 € par oreille pour couvrir tous les besoins et offrir le maximum de fonctionnalités techniques : chargeur, masqueur d’acouphènes, etc. C’est aussi -10% sur les accessoires, produits d’entretien et assistants d’écoute, -20% sur les piles., La personne équipée bénéficie d’une garantie panne de 4 ans sur ses appareils. Avantage Santéclair supplémentaire : la garantie « satisfait ou remboursé » après les 30 jours d’essai gratuit est prolongée de 30 jours. Un kit d’entretien pour le démarrage et le tiers-payant pour éviter l’avance de frais sont également proposés systématiquement. Enfin, Santéclair met au service de ses assurés sa plateforme de contact et d’information gratuite 6 jours sur 7 et propose également un service d’analyse de devis pour déterminer l’offre la plus avantageuse. 

 

Comment être sûr que tous les engagements des professionnels soient tenus ?

 

Céline Robin : Les professionnels répondent à un appel d’offres. Il y a beaucoup d’appelés mais un nombre limité d’élus. Ces derniers s’engagent contractuellement sur un rapport qualité-prix et signent une charte de déontologie. Mon rôle est de veiller au bon fonctionnement du réseau audio. Cela inclut le suivi des engagements. Nous procédons à des contrôles "surprise" et à des contrôles effectués à la suite d’une réclamation faite par un assuré. Nous surveillons le bon respect de la grille tarifaire, du contrat, de la qualité de l’accueil. Les assurés Santéclair ont droit à un traitement VIP ! On doit pouvoir se rendre chez nos audioprothésistes partenaires les yeux fermés. 

Retour aux articles 

Partager