Le blog Santéclair

Toutes les informations et bonnes pratiques pour mieux vous orienter en matière de santé !

Les tout-petits peuvent-ils avoir des problèmes de santé mentale ?
Partager
Les touts petits peuvent ils avoir des problèmes de santé mentale

Vous entendez aujourd’hui beaucoup parler de santé mentale et savez que les difficultés peuvent être nombreuses, pour les enfants, les ados, les adultes. Et les bébés ? Sont-ils eux aussi concernés ?

« Oui », répond très clairement le pédopsychiatre Patrick Ben Soussan. Même s’il est difficile pour les parents, parfois même pour les professionnels de santé, de le reconnaître.

« Nous avons une représentation socio-culturelle idéale du nouveau-né : celui-ci devrait être exempt de toute difficulté, épargné par tout aléa. »

Le bébé, c’est l’image de la pureté, de l’innocence. L’idée selon laquelle toute réaction dysfonctionnelle serait à imputer au parent, qualifié dès lors de « mauvais », est largement répandue.

 

Une forme de déni

 

Tout comme l’est une forme de déni. Peut-être vous dites-vous, ou vous entendez-vous répondre quand vous exprimez des difficultés : « Il ne faut pas s’inquiéter, ça va passer, il faut attendre, tout ira mieux ». « En tant qu’adultes, nous sommes extrêmement tolérants et patients face à la manifestation de troubles du sommeil, par exemple, de l’alimentation ou du comportement » observe le pédopsychiatre.

Une bienveillance aujourd’hui largement louée par l’éducation dite positive que certains s’efforcent de suivre à la lettre… Alors, ils serrent les dents ou refusent de considérer les problèmes. 

Pourtant, il peut y en avoir. Lesquels ?

« On a tendance à plaquer les difficultés psychiques des adultes sur les enfants, regrette Patrick Ben Soussan. Or, l'examen des troubles du tout-petit est très différent : ce n’est pas seulement la problématique individuelle qui sera observée mais aussi les interactions du bébé avec son environnement. »

Ses proches et ses parents en premier lieu, bien évidemment, mais aussi les éléments qui l’entourent : ses réactions vis-à-vis du bruit, ou sa façon de tenir un objet.

 

Des troubles spécifiques pour les tout-petits

 

« Ainsi, on ne parlera pas de troubles anxieux ou dépressifs, poursuit-il, mais plutôt de troubles de l’attachement, quand le lien avec la figure d’attachement, très souvent le parent, se construit mal ; ou de troubles de la régulation, comme l’indique « Zero to three », la première classification diagnostique publiée en 1994 sur le sujet aux Etats-Unis ».

Ce document précise que lesdits troubles « sont caractérisés par les difficultés du bébé ou du jeune enfant à réguler ses comportements et ses processus physiologiques sensoriels, d’attention, moteurs ou émotionnels et à maintenir un état de calme, de vigilance ou un état émotionnel positif ».

 

 

Les signes qui doivent alerter  

 

Tout symptôme, qu’il soit affectif ou comportemental, doit donc être pris au sérieux. « Deux caractéristiques sont importantes, selon Patrick Ben Soussan : l’intensité des difficultés et leur fréquence. Lorsque le parent se sent dépassé, épuisé, très affecté par les manifestations de mal-être de son bébé, et/ou quand celles-ci durent dans le temps, il est important de consulter. »

Un bébé inconsolable, qui ne dort que lorsqu’il tombe d’épuisement, un tout-petit hypersensible à la lumière ou peu attentif à son environnement, plus tard un enfant qui ne parle pas, ou qui ne s’exprime qu’avec violence sont autant de motifs de consultation.

N’attendez pas que la situation s’aggrave, ne vous isolez pas et parlez-en à votre pédiatre, qui saura vous conseiller la meilleure prise en charge thérapeutique.

 

Trouver de l’aide pour l’enfant mais aussi les parents

 

Et n’hésitez pas vous-même à vous faire accompagner. Evidemment, vous vous dites que votre rôle est de tout supporter pour protéger ce petit être que vous avez mis au monde. Mais le plus important est de l’accompagner lui, tel qu’il est, dans ce monde, avec ses talents et ses fragilités.

Ce n’est pas être un mauvais parent que d’avouer votre impuissance, votre besoin de soutien. Ce serait même le contraire.

L’enfant n’a pas besoin d’un parent parfait mais d’un parent en forme, « suffisamment bon » pour reprendre la formule du pédopsychiatre Donald Winnicott, stable et fiable.

Si vous êtes rongé par l’angoisse, si vous sentez régulièrement monter la colère ou si vous êtes si fatigué que la vie ne semble plus avoir de sens, il est impératif d’engager ce travail qui vous permettra de retrouver vos ressources. La santé mentale est un bien précieux, dès les premières années de la vie. Et tout au long de celle-ci.

 

Parents, ne restez pas seuls face aux difficultÉs psychologiques ! 

 

Santéclair propose une offre de service complète « Bien dans ma tête » dédiée à la santé mentale pour accompagner les assurés et leur famille à surmonter les tracas du quotidien et à vivre mieux.

Ces services uniques sont inclus au travers des contrats santé souscrits auprès nos partenaires, sans rien à débourser pour nos bénéficiaires (1) !

  • Analyse de symptômes : un outil pensé et validé par des médecins vous permettant d'évaluer votre état psychologique ou celui d'un proche et d'être orienté vers les services ou professionnels les plus à même de vous accompagner.
  • Démarrer une consultation vidéo avec un psy : des consultations vidéo avec un psy entièrement prises en charge, sans avance de frais et autant que nécessaire. 
  • Coaching bien-être : un programme personnalisé et reconnu, reposant sur le Thérapies comportementales et cognitives (TCC), pour aider à gérer son stress, son sommeil et son alimentation au quotidien, offrant la possibilité d'être accompagné en ligne par des coachs psychologues.
  • Coaching sportif (2) :

    un service de géolocalisation de coachs sportifs en présentiel ou en visio avec des tarifs privilégiés pour nos ayants droit.

  • Coaching sommeil : un programme personnalisé en ligne et sans frais pour retrouver naturellement et durablement le sommeil.
  • Trouver un psy : un service de géolocalisation regroupant plus de 18 000 spécialistes qualifiés de la santé mentale (psychologues cliniciens, psychothérapeutes, psychanalystes, psychopraticiens, psychiatres et pédopsychiatres).
  • Trouver un service d’urgence psychiatrique : pour les crises les plus graves, un annuaire répertoriant les services et numéro d'urgence ainsi que les meilleurs services hospitaliers psychiatriques enrichi d'informations et de conseils utiles (temps d'attente, bonnes pratiques à adopter...).

Je découvre les services Bien dans ma tête !

 

(1) Services disponibles selon les contrats. Rapprochez-vous de votre complémentaire santé pour savoir si vous avez accès à l'offre Bien dans ma tête. 

(2) « Coaching sportif » est un service proposé par Santéclair impliquant des frais complémentaires par l’assuré.

Partager