Bénéficiaire : retrouvez nos actualités et conseils pratiques !

Toutes les informations et bonnes pratiques pour mieux vous orienter en matière de santé !

Bénéficiaire : retrouvez nos actualités et conseils pratiques !

Santé mentale : quand et qui consulter pour un enfant ?

28/10/2022

santé mentale conseils enfants

Quand le moment est venu de se tourner vers un spécialiste pour trouver des solutions, nombreux sont les parents qui se sentent démunis. Des solutions existent mais des précautions sont à prendre afin de faire le bon choix, au meilleur moment.

Avant toute chose, sachez qu’on peut consulter un médecin, un psychologue ou un thérapeute simplement pour évoquer ses doutes, son inquiétude, ses interrogations. Un premier rendez-vous ne vous engage pas dans une thérapie pour des années. Ce professionnel de santé vous permettra de vous exprimer et vous donnera son avis, parfois ses conseils, en toute objectivité, sur la situation.

"Généralement, la famille se rend compte qu’il faut réagir lorsque son taux de tolérance est atteint, explique la pédopsychiatre Agnès Pargade à Psychologies Magazine. La psychiatrie est, pour elle, une question de degrés : « Tout le monde peut avoir des fluctuations thymiques, des jours où ça va, des jours où ça va moins. Mais quand cela ne semble plus supportable, pour un ou plusieurs membres de la famille, c’est le déclencheur." Mieux vaut ne pas attendre que les problèmes s’enveniment : vous avez tout à fait le droit de demander conseil.

Quand consulter un psy pour un enfant ?

Certaines situations doivent vous alerter sur le malaise ressenti par votre enfant ou les difficultés qu’il traverse :

  • Une expérience bouleversante et/ou traumatisante. La séparation des parents, un deuil dans la famille, un accident mais aussi la perte d’un animal de compagnie, un déménagement, l’arrivée d’un cadet… Tous ces événements bousculent le petit être humain qui peut alors vaciller, surtout s’il souffre déjà d’un tempérament anxieux. Il est important de l’aider à trouver en lui-même les ressources pour passer ce cap difficile. Et parvenir à digérer ce qui représente un véritable choc pour lui.
  • Un brusque changement dans son comportement. Si votre enfant devient agressif alors qu’il était doux comme un agneau, s’il se replie sur lui-même alors qu’il était plutôt volubile, s’il pleure facilement alors qu’il respirait la joie de vivre, quelque chose ne va pas. Parfois, il ne saura pas vous dire précisément quoi, ni pourquoi, puisqu’il n’a pas encore les mots et le recul pour exprimer ce qui le trouble. Il est sans doute submergé par des émotions qu’il ne parvient pas à réguler : tristesse, colère et peur s’emmêlent. Là encore, il faut trouver le moyen de l’aider à les canaliser. 
  • Des difficultés scolaires. L’école, parce qu’il y passe un temps fou, est un bon baromètre auquel vous pouvez vous fier. Un désintérêt voire le rejet des études, des conflits avec ses camarades, au contraire une tendance au perfectionnisme doivent être interrogés. N’hésitez pas à en parler avec ses professeurs et l’équipe pédagogique, qui pourront partager leur point de vue et vous dire comment ça se passe, tant au niveau des apprentissages qu’au niveau de ses comportements et de ses relations.
  • L’apparition de certains troubles, comme les troubles du sommeil, de la conduite alimentaire (TAC), obsessionnels et compulsifs (TOC). Le niveau d’anxiété de votre enfant est tel que des répercussions sur son fonctionnement mental et comportemental commencent à se manifester. Il est important alors de consulter un professionnel de santé.

Qui consulter pour un enfant, Psychologue, psychiatre ou psychothérapeute ?

Pas facile de s’y retrouver dans le monde de la psy ! Psy… chologue, chiatre, thérapeute ? Qui consulter pour un enfant ? Tout dépendra des difficultés rencontrées et de ce que vous envisagez. Si vous souhaitez « consulter un spécialiste autorisé à prescrire des médicaments, des bilans complémentaires (psychomotricité, orthophonie…), mais aussi, qui est remboursé par la sécurité sociale, c’est le pédopsychiatre qui convient le mieux » précise Agnès Pargade. Ce sera aussi le cas si vous suspectez l’un des troubles mentionnés ci-dessus dont le diagnostic doit être posé par un médecin.

Si vous estimez que le problème peut être traité par la parole et la relation thérapeutique qui va se construire entre le psy et votre enfant, vous pouvez consulter un psychologue. Ici, le manque de confiance et d’estime de soi, les problèmes relationnels, les difficultés à s’autonomiser, à trouver sa place peuvent être abordés. Les psychologues sont également autorisés à faire passer un bilan cognitif pour mettre en évidence un éventuel trouble de l’apprentissage. Sachez que vous pouvez vous tourner vers des structures publiques, comme les Centre Médico Psycho Pédagogique (CMPP) ou consulter un professionnel en libéral.

Certains psychothérapeutes, psychanalystes ou psychopraticiens proposent également de prendre en charge les enfants. En fonction de leur formation, de l’approche thérapeutique à laquelle ils se réfèrent mais aussi selon l’âge de leur petit patient, ils utiliseront différents outils : le dialogue bien sûr, parfois le dessin, le jeu, la musique, le rêve, la relaxation ou encore le travail sur le corps, les émotions, les pensées… Le spectre est large. Vérifiez simplement que ce professionnel est affilié à une association, une fédération ou un syndicat reconnu et qu’il est habitué à travailler avec la jeune génération. Et surtout fiez-vous au « feeling » : il est important que le courant passe entre vous, qu’une relation de confiance puisse s’instaurer entre l’enfant et son psy. 

Concernant les difficultés scolaires, des séances avec un orthophoniste ou un psychomotricien peuvent être conseillées par le médecin ou le pédopsychiatre. Vous pouvez aussi consulter un psychopédagogue qui permettra à l’enfant de se réconcilier avec l’école et les apprentissages. Enfin, en cas de problématique ou de conflit familial, la thérapie systémique et familiale peut être intéressante : les parents, mais aussi les frères et sœurs de l’enfant vont chez le psy pour permettre au « système » que représente la famille de mieux fonctionner.

Combien de temps ?

Comme pour les adultes, la durée de la prise en charge dépend bien entendu des difficultés rencontrées et de la nature du traitement envisagé. « Les attentes des parents sont souvent bien au-delà de nos compétences, s’étonne Agnès Pargade. La plupart voudraient un miracle, et aimeraient trouver un dénouement extrêmement rapide à leurs problèmes. En somme, ils voudraient presque que l’on transforme l’enfant tel qu’ils le souhaitent. Mais ce n’est pas si simple que cela et surtout, ce n’est pas notre rôle. » Mieux vaut s’éloigner de la projection de l’enfant qui va bien pour rassurer son parent, lui faire plaisir, voire lui faire honneur. 

C’est une aventure dans laquelle il faut être prêt à se lancer. Elle durera le temps nécessaire à ce que votre fille ou votre fils retrouve ses marques et son équilibre, de quelques séances à plusieurs mois, en fonction de la problématique (physiologique, psychique, affective, émotionnelle, relationnelle, comportementale…) et de la présence de certains troubles connexes. Il n’est pas rare qu’un enfant se sente rapidement soulagé par l’écoute et l’accueil de sa souffrance. Seulement, l’objectif n’est pas seulement qu’il s’apaise et que tout rentre dans l’ordre mais aussi qu’il sache quelles sont ses ressources et sa valeur, qu’il puisse déployer tout son potentiel, qu’il s’aime tel qu’il est lui, forcément singulier, parfois fragile mais toujours capable.
 

Comment Santéclair peut vous accompagner pour LE bien-être mental de votre enfant  ?

Santéclair propose une offre de service complète « Bien dans ma tête » dédiée à la santé mentale pour accompagner les assurés et leur famille à surmonter les tracas du quotidien et à vivre mieux.

Ces services uniques sont inclus au travers des contrats santé souscrits auprès nos partenaires, sans rien à débourser pour nos bénéficiaires (1) !

  • Analyse de symptômes : un outil pensé et validé par des médecins vous permettant d'évaluer votre état psychologique ou celui d'un proche et d'être orienté vers les services ou professionnels les plus à même de vous accompagner.
  • Démarrer une consultation vidéo avec un psy : des consultations vidéo avec un psy entièrement prises en charge, sans avance de frais et autant que nécessaire. 
  • Coaching bien-être : un programme personnalisé et reconnu, reposant sur le Thérapies comportementales et cognitives (TCC), pour aider à gérer son stress, son sommeil et son alimentation au quotidien, offrant la possibilité d'être accompagné en ligne par des coachs psychologues.
  • Coaching sportif (2)un service de géolocalisation de coachs sportifs en présentiel ou en visio avec des tarifs privilégiés pour nos ayants droit.
  • Coaching sommeil : un programme personnalisé en ligne et sans frais pour retrouver naturellement et durablement le sommeil.
  • Trouver un psy : un service de géolocalisation regroupant plus de 18 000 spécialistes qualifiés de la santé mentale (psychologues cliniciens, psychothérapeutes, psychanalystes, psychopraticiens, psychiatres et pédopsychiatres).
  • Trouver un service d’urgence psychiatrique : pour les crises les plus graves, un annuaire répertoriant les services et numéro d'urgence ainsi que les meilleurs services hospitaliers psychiatriques enrichi d'informations et de conseils utiles (temps d'attente, bonnes pratiques à adopter...).

 

Je découvre les services bien dans ma tête !

(1) Services disponibles selon les contrats. Rapprochez-vous de votre complémentaire santé pour savoir si vous avez accès à l'offre Bien dans ma tête. 

(2) « Coaching sportif » est un service proposé par Santéclair impliquant des frais complémentaires par l’assuré.