Actualités — 22 décembre 2014
Comment voir plus clair dans la variation du prix des médicaments ?

Une étude publiée récemment pointe à nouveau de fortes variations dans le tarif des médicaments non remboursables en pharmacie. Les mécanismes expliquant ces écarts sont connus. Des outils existent qui permettent aux consommateurs le souhaitant de privilégier les officines où les tarifs sont moins élevés.

 

L’association de consommateurs Familles rurales a publié la semaine dernière les résultats de son Observatoire sur le prix des médicaments. C’est la cinquième livraison en autant d’années de l’association.

Principal enseignement de cet observatoire qui porte sur 12 médicaments non remboursables accessibles en libre accès et 2 spécialités non pharmaceutiques (lait infantile et sérum physiologique) : la grande variabilité des tarifs constatés d’une officine à l’autre (Lire ici l’intégralité des résultats de cette étude).

Des tarifs qui oscillent du simple au quadruple

Les pharmaciens sont libres de fixer le tarif des médicaments que les pouvoirs publics ne prennent pas en charge. Pour la plupart ces médicaments relèvent de l’automédication. Il est possible de s’en procurer sans fournir de prescription médicale.

En 2013, selon Les entreprises du médicaments (Leem), le syndicat représentant l’industrie pharmaceutique, les ventes de médicaments non remboursables ont représenté en moyenne près de 10 % du chiffre d’affaires de l’officine. Environ 10 % provient de la vente de produits de parapharmacie et 80% de médicaments remboursables prescrits (dont le tarif est fixé par les pouvoirs publics) et de dispositifs médicaux (pansements, etc.).

Si les variations mises en évidence par les relevés de prix de Familles rurales (effectués dans 45 pharmacies ainsi que sur 43 sites de vente en ligne) peuvent surprendre de prime abord (l’étude a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses reprises dans les médias) elles s’expliquent aisément.

Plusieurs critères expliquent ces variations

La taille de l’officine, sa capacité à stocker les médicaments ou encore la mise en place ou non d’un dispositif de groupement d’achat sont autant de critères impactant la possibilité pour le pharmacien d’obtenir des conditions commerciales avantageuses auprès des laboratoires et de pratiquer des tarifs attractifs pour les consommateurs.

L’étude de Familles rurales ne s’étend pas sur la question mais relève néanmoins qu’ « en moyenne les prix sont moins élevés dans les pharmacies appartenant à un groupement ».

Sans grand risque de se tromper on peut aussi affirmer que c’est aussi le cas dans les pharmacies de taille importante bénéficiant d’une forte zone de chalandise (dans les centres commerciaux des grandes surfaces par exemple) et qu’a contrario ça ne l’est pas dans les pharmacies plus petites installées en zone rurale ou encore dans les centres villes.

Top des médocs, pour mieux se repérer en pharmacie

Voilà les grandes lignes pour qui souhaiterait dénicher les meilleurs tarifs… Afin de fournir une information plus précise aux consommateurs, Santéclair a mis au point depuis maintenant trois ans Top des médocs, une appli mobile qui informe du tarif moyen de plus de 2000 spécialités d’automédication remboursables et non remboursables.

En pharmacie, l’utilisateur peut ainsi se faire une idée de l’écart entre le prix affiché (car il doit l’être, notamment pour les médicaments proposés en libre accès) et la moyenne nationale. S’il s’agit d’acheter une boite de paracétamol, cette course au prix le moins élevé peut paraître dérisoire. C’est moins vrai dans le cas de spécialités dont le prix est plus élevé (les patchs à la nicotine par exemple) et pour lesquelles les économies envisageables sont bien plus substantielles.

Top des médocs présente également un classement des médicaments selon leur efficacité. Ce classement (qui se présente sous la forme d’une note sur 20) a été établi par l’équipe du Professeur Jean-Paul Giroud membre de l’Académie de médecine et de la commission d’autorisation de mise sur le marché à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Jean-Paul Giroud est également l’auteur d’un guide reconnu sur l’automédication.

Un outil qu’une évaluation indépendante a jugé « très utile »

Les données utilisées par Top des médocs sont mises à jour tous les ans. L’appli est disponible sur l’App Store au prix de 1,79 €. « Une application franchement très utile pour toutes les personnes qui ont l’habitude de s’automédiquer », juge sur son site DMD santé, une société spécialisée dans l’évaluation indépendante des applis mobiles en santé et des objets connectés.

Les évaluateurs de DMD santé (des professionnels de santé et des patients, tous volontaires et bénévoles) ont attribué la note de 16/20 à Top des médocs. Cette note est l’une des plus élevées parmi les applis dédiées à l’automédication (il en existe de nombreuses) qui sont passées entre les fourches caudines de DMD santé.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.