Non catégorisé — 25 juin 2018
Journées nationales de la Macula : participez au dépistage

Les Journées nationales de la Macula sont organisées cette année du lundi 25 au vendredi 29 juin 2018. La communication de ce rendez-vous annuel se focalisera sur trois pathologies majeures de la macula. Cette année, les promoteurs de l’événement souhaitent attirer l’attention du public sur la peur du dépistage qui conduit encore trop de personnes à risque à retarder la consultation.

Du 25 au 29 juin, les Français sont invités à prendre soin de leur vision dans le cadre des Journées nationales de la Macula qui se tiennent sur tout le territoire. L’événement vise à sensibiliser les intéressés au dépistage des atteintes de la macula, une zone de la rétine dédiée à la vision des détails.

Ces journées ont été imaginées afin d’inciter le public à prendre rendez-vous auprès d’un des ophtalmologistes participant (libéral ou hospitalier) à l’opération et de réaliser un fond de l’œil. Cet examen permet d’identifier les personnes présentant déjà des symptômes sans en être conscientes (les atteintes de cette zone de la rétine sont asymptomatiques dans un premier temps) ou celles dont le risque de développer une des maladies de la macula est élevé.

Santéclair partenaire de ces journées

« Un traitement, expliquent les promoteurs de ces journées, et/ou des mesures préventives ainsi qu’un programme de surveillance adapté pourront de fait leur être proposés au plus tôt afin d’éviter, dans la mesure du possible, la dégradation visuelle et les complications »

Conscient de l’importance d’un dépistage régulier des atteintes à la macula, Santéclair participe à l’opération pour la troisième année consécutive en relayant l’information à la fois auprès des organismes complémentaires d’assurance maladie qui ont choisi ses services mais aussi auprès des opticiens partenaires de son réseau.

Ces derniers sont invités à informer leurs clients, notamment ceux qui présentent un risque accru en raison de leur âge par exemple, à l’aide des dépliants qui sont mis à leur disposition en magasin. A noter, par ailleurs, que la société Seiko, l’un des trois fabricants que nous avons sélectionnés pour notre réseau optique, compte parmi les partenaires de l’événement.

Trois pathologies dans le viseur

Plusieurs affections sont susceptibles d’atteindre la macula. La plus fréquente, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), est une pathologie qui survient après 50 ans. Silencieuse, dans un premier temps, la DMLA se manifeste par une diminution de l’acuité visuelle, une moindre perception des contrastes ou la déformation des lignes (les lignes droites apparaissent gondolées ou ondulées) ou encore l’apparition d’une tâche plus ou moins foncée au milieu du champ de vision (scotome).

Cette affection est la première cause de malvoyance, en France chez les 50 ans et plus. En l’absence de traitement, la DMLA peut évoluer vers une perte de la vision centrale. A noter que cette maladie ne se guérit pas. On sait en revanche ralentir l’évolution de la DMLA « exsudative » (ou humide), la forme la plus fréquente de la pathologie. D’où l’importance d’un diagnostic précoce et donc du dépistage.

Autre pathologie ciblée par ces journées : la maculopathie diabétique, une complication fréquente du diabète qui touche environ 30 % des personnes qui en sont atteintes depuis plus de vingt ans. « La prévention la plus efficace passe là aussi par un dépistage précoce, soulignent les organisateurs de ces journées. En effet, plus la maculopathie est diagnostiquée tôt, plus les traitements sont efficaces pour prévenir et ralentir la perte de vision, voire pour améliorer la vue. Toute personne diabétique doit impérativement faire contrôler sa vue chaque année par un spécialiste ».

Les personnes auxquelles le dépistage est réservé

Quant à la maculopathie myopique, une des principales causes de malvoyance, voire de cécité, chez les myopes forts, est la troisième pathologie visée par ces journées. Elle est causée par un étirement de la rétine qui se produit lorsque le globe oculaire de la personne est plus long que la normale. L’apparition de certaines complications peut entraîner une baisse d’acuité visuelle sévère et rapide. Cette pathologie représente un réel enjeu de santé publique car elle atteint des patients souvent jeunes (âge moyen de 50 ans), en général en pleine activité professionnelle. Une surveillance régulière du myope fort est donc indispensable pour dépister les complications éventuelles au plus tôt et les traiter immédiatement pour en réduire les conséquences.

Le dépistage s’adresse aux personnes ne présentant pas de signes d’atteinte de la macula (en cas de signes évocateurs, une prise en charge en urgence est indispensable) et ayant les caractéristiques suivantes :

- âgée de 55 ans ou plus non suivie ou n’ayant pas bénéficié d’un examen ophtalmologique depuis plus d’une année ;

- et/ou souffrant de diabète et ne bénéficiant pas d’un suivi ophtalmologique régulier ;

- et/ou souffrant de myopie forte (correction supérieure à -6 dioptries).

Quels conseils pour préserver sa vue ?

A noter qu’outre le dépistage, et même en l’absence de symptôme, il est recommandé d’effectuer un examen ophtalmologique tous les 2 ans, entre 45 et 55 ans, puis tous les ans après 55 ans, afin de révéler une DMLA ou d’autres maladies oculaires qui, comme elle, évoluent en silence (glaucome, etc.).

Pour connaître la liste des ophtalmologistes et des services hospitaliers participant aux Journées nationales de la macula, leurs coordonnées et les plages horaires dédiées, il suffit de consulter le site dédié à l’événement ou de téléphoner au 0800 002 426 (service gratuit). A noter que selon les centres, la consultation et l’examen de dépistage pourront être gratuits ou payants.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.