Actualités — 26 avril 2012
Les salariés favorables aux réseaux de soins

Une très large majorité de salariés (plus de 8 sur 10) ne sont pas prêts à des concessions sur les remboursements de soins courants lorsque les comptes de leur complémentaire collective sont déficitaires. Le constat est similaire s’agissant des frais optiques (84 % contre), des frais dentaires (89 % contre) ou encore des frais d’hospitalisation (91 % contre). Ces chiffres nous viennent d’une enquête réalisée début avril par Harris Interactive pour le compte de la mutuelle interprofessionnelle SMI auprès d’un échantillon de 1 029 salariés disposant d’une mutuelle ou d’une complémentaire santé collective.

Quelles solutions en ce cas privilégier afin de garantir la pérennité du régime d’entreprise tout en ménageant la susceptibilité des salariés ? Le recours aux réseaux de soins semble constituer une piste intéressante puisque près de 6 personnes interrogées sur 10 se disent prêtes à « consulter un professionnel de santé recommandé par leur organisme assureur » afin de bénéficier d’un meilleur remboursement. Une majorité moins nette de salariés (54 %) accepteraient d’être « moins remboursés » pour des dépenses dites « de confort » (chambre individuelle en cas d’hospitalisation, choix de montures « de marque », etc.).

Perceptions divergentes selon l’âge

Autre enseignements de cette enquête : parmi la population des 25-34 ans disposant d’une couverture collective, une majorité (62%) considère que les autres salariés en bénéficiant ne sont pas attentifs aux prix ou à la fréquence des soins. L’agacement de cotiser au profit de collègues plus âgés et plus consommateurs de soins ? Toujours est-il que ce taux n’est que de 44 % pour l’ensemble des salariés. Quand on les interroge sur leur propre comportement, 77 % des personnes sondées déclare adopter une attitude responsable quant à leur consommation de soins. Fait notable : cette population tend à considérer que ce comportement est le fait de l’ensemble des salariés. Au contraire, les personnes moins attentives estiment dans leur grande majorité les autres salariés ont tendance à adopter la même attitude (82 % contre 44 % en moyenne).

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.