Plus des trois quarts des opticiens sont partenaires d’un réseau de soin

La revue spécialisée Bien Vu publie à l’occasion de l’ouverture du Silmo une enquête inédite sur les réseaux de soins en optique. Santéclair dévoile ses résultats en exclusivité.

Près d’un opticien sur deux envisagerait de candidater à notre appel d’offre qui s’ouvre la semaine prochaine selon une enquête menée par le magazine Bien Vu et qui peut être téléchargée ici*.

Pour cette enquête menée durant l’été, la revue spécialisée a sollicité l’ensemble de la profession. Déjà en juillet, Santéclair saluait cette initiative sur son blog. Bien Vu annonce un taux de réponse de 5,6% « qui nous donne suffisamment d’informations pour communiquer sur des résultats parlants, à défaut de représenter la réalité, stricto sensu ».

Autres résultats marquants de cette enquête, plus de 8 opticiens sur 10 ont déjà candidaté à un réseau et trois quarts sont en ce moment référencé dans au moins l’un d’entre eux. Il reste près de 25 % d’irréductibles opticiens qui ne souhaitent pas intégrer ce dispositif pour des raisons variées, détaillées dans l’enquête.

Du nouveau dans les stratégies des plateformes

« Les grandes manoeuvres commencent, indique la revue en marge de cette enquête, faisant référence aux appels d’offre que lancent cet automne, deux autres plateformes en plus de Santéclair. « Pour les Ocam, les réseaux d’opticiens sont devenus une obligation. Et le plafonnement des remboursements optiques par le législateur conforte l’existence des réseaux, plutôt que le contraire ».

La revue spécialisée pointe enfin l’émergence de nouvelles stratégies mises en place par les plateformes, avec notamment l’idée de négocier les prix directement auprès des verriers qui « suit son chemin. Itelis en sélectionnant dix verriers mais surtout Santéclair en n’en retenant que trois, jouent un coup d’avance à partir de 2015. A qui profitera cette nouvelle donne ? »

Aux porteurs évidemment, qui en privilégiant les opticiens partenaires de leurs complémentaires – à condition qu’un tel dispositif leur soit proposé – peuvent espérer une diminution substantielle de leur reste à charge. Une économie qui dépend évidemment de la performance du réseau.

* Avec l’autorisation de la rédaction en chef de Bien Vu

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.