Prises de bec — 1 février 2012
Quand le syndicat des ophtalmos dérape

« Pour quelle raison [Santéclair souhaite] supprimer la profession d’opticien ? », interrogeait mardi 31 janvier une internaute sur notre page Facebook. Chez Santéclair, la question en a surpris plus d’un. Et pour cause, jamais notre société ne s’est positionnée de la sorte. A l’origine du questionnement de cette internaute, les propos de Jean-Bernard Rottier président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof) publiés le même jour sur le site de L’Opticien Lunetier : « Nous, ophtalmologistes et syndicat des ophtalmologistes, nous nous occupons de la santé visuelle des Français depuis plus d’un siècle. Marianne Binst, qui sévit dans le secteur depuis moins de dix ans, veut remplacer les verres Essilor par des verres asiatiques, remplacer les ophtalmologistes par des optométristes et supprimer les opticiens. C’est une stratégie à la Kalachnikov ». Difficile de répondre à de tels propos tant ils n’ont ni queue ni tête. Impensable toutefois de ne pas réagir à cette déclaration. Commençons par le début…

 Conflits d’intérêts ?

Santéclair souhaiterait « remplacer les verres Essilor par des verres asiatiques » ? Autrement dit, notre action viserait à imposer à l’acheteur de lunettes, via son réseau d’opticiens partenaires, des verres de piètre qualité. Il peut sembler étrange qu’un représentant syndical du monde médical prenne ainsi partie pour un industriel plutôt que pour un autre. Par ailleurs, il s’agit d’une contre-vérité puisque la répartition des verres vendus par les opticiens dans notre réseau correspond à celle du marché. Essilor y est donc largement majoritaire.

 Enfin, s’il est un acteur qui lorgne vers l’Asie c’est bien Essilor qui serait « le plus gros importateur de verres en France, nous a fait observer un de ses concurrents en réaction aux déclarations de Jean-Bernard Rottier. Essilor a déjà acheté plus de capacité de production en Inde en en Chine que les marchés locaux peuvent accepter et ce n’est pas fini ! » Avec cette saillie, Jean Bernard Rottier « sort enfin du bois et dit publiquement pour quel industriel il roule », indique, excédée, notre source.

 Autre ineptie jetée en pâture aux lecteurs par L’Opticien-Lunetier : Santéclair souhaiterait la disparition des ophtalmologistes et des opticiens. L’affirmation est tellement grotesque qu’un long débat s’est engagé chez Santéclair afin d’évaluer s’il valait la peine d’y répondre. Le camp du oui l’a emporté. Ce n’est un secret pour personne que le secteur de l’optique souffre d’un grave déficit d’ophtalmologistes. La position que Santéclair soutient consisterait à organiser une première ligne de prise en charge des examens visuels visant à décharger les ophtalmos de tâche que les opticiens, notamment ceux formés en optométrie, sont tout à fait en mesure de réaliser. Ce dispositif permettrait aux assurés de renouveler plus rapidement leurs lunettes sans avoir besoin d’attendre parfois jusqu’à un an qu’un ophtalmo les voie en consultation.

Des propos indignes

« En l’Allemagne où environ 73% de toutes les ordonnances d’aides visuelles et environ 67% de tous les soins de première intention pour les lentilles de contact sont réalisés par les opticiens-optométristes, la fourniture de soins oculaires se serait effondrée si ces professionnels n’avaient pas eu un rôle essentiel dans ce domaine. » Telle est l’une des conclusions d’une étude commandée par le Conseil européen d’optométrie et d’optique (ECOO), dont l’Union des Opticiens est le représentant en France et présentée récemment à l’Assemblée nationale.

 Bref, rien à retenir dans les propos fielleux de Jean-Bernard Rottier, sinon leur malveillance et le goût confirmé de son auteur pour la démagogie. Il est navrant qu’un responsable syndical, tout opposé soit-il à notre action, puisse tenir un tel discours.

 

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.