Actualités — 25 juin 2014
Délégation de tâche en optique : bientôt une loi ?

Une proposition de loi publiée récemment sur le site du Sénat prévoit de modifier l’organisation de la filière optique avec la création d’un master dont les titulaires seraient amenés à effectuer plusieurs tâches pour le moment réservées aux ophtalmos.

Elle a été publiée sur le site du Sénat le 14 juin dernier. La proposition de loi du sénateur Ronan Kerdraon (PS) « tendant à favoriser l’accès aux soins oculaires sur tout le territoire par l’organisation d’une filière de formations en santé visuelle », prévoit la création d’un diplôme d’orthoptiste-optométriste accessible en 5 ans. La formation d’opticien serait quant à elle prolongée d’une année pour devenir une licence comme c’est déjà le cas du cursus d’orthoptiste.

Le master d’orthoptiste-optométriste permettrait aux diplômés de réaliser des examens de réfraction et de dépistage, de prescrire des dispositifs correcteurs ou encore d’assurer le suivi de certaines pathologies stabilisées. Avec comme objectif annoncé d’alléger d’autant les ophtalmologistes et de réduire les délais d’obtention de rendez-vous dont on sait qu’ils sont particulièrement longs dans ce champs de spécialistés.

Les délais d’attente dans le viseur

En préambule du projet de loi (dont la totalité peut être consultée ici), ses promoteurs rappellent que « selon l’assurance maladie, il faut 77 jours en moyenne en France avant de pouvoir consulter un ophtalmologiste. À titre d’exemple, les habitants du département de la Loire sont contraints à un délai moyen de 205 jours avant de pouvoir obtenir une consultation. Les départements du Finistère, de l’Isère et de la Seine-Maritime souffrent quant à eux d’une attente supérieure à 174 jours ».

Le syndicat national autonome des orthoptistes a réagi favorablement à l’annonce de ce projet de loi par voie de communiqué estimant que « le texte semble répondre aux objectifs de santé publique en impliquant les orthoptistes comme socle d’alternative à la pénurie ophtalmologique et permettrait aux opticiens (acteurs incontournables de la filière) désireux de s’approcher de la clinique médicale de rejoindre le cursus des orthoptistes ».

Pas d’examen avant l’automne

L’Association des optométristes de France ainsi que l’Union des opticiens ont aussi salué la proposition du sénateur Kerdraon. Chez Santéclair, on estime que ce dispositif est de nature à améliorer l’organisation de la filière en proposant aux patients un meilleur niveau de formation pour les opticiens et en permettant aux ophtalmos de se concentrer sur des tâches relevant plus de la pathologie et de la chirurgie.

Compte tenu du calendrier, une première lecture au Sénat pourrait intervenir à l’automne plus probablement au début de l’année prochaine. A moins que les promoteurs de cette proposition choisisse d’en insérer le contenu sous la forme d’amendements lors de l’examen de la loi santé annoncée par Marisol Touraine il y a quelques jours.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.