Actualités — 22 mai 2014
Fraudes aux complémentaires santé : le secteur de l’optique épinglé

Une enquête de l’UFC Que Choisir montre que les fraudes dans le domaine de l’optique sont encore nombreuses. L’association de consommateurs dénonce ces méthodes inflationnistes et appelle au développement des réseaux de soins pour une meilleure régulation du secteur.

« Les baisses de prix durables en optique ne pourront venir que du développement encadré des réseaux de soins, par lesquels les complémentaires santé négocient des rabais pour leurs assurés auprès d’opticiens partenaires ». Telle est la conclusion de l’association de consommateur UFC Que Choisir à l’issue de son enquête sur le coût de l’optique publiée en début de semaine.

A propos du projet de plafonner le remboursement des équipements optiques, l’UFC parle de « myopie gouvernementale » estimant qu’« une fois les prix montés très haut, il est vain de croire en leur baisse spontanée. A court terme, cette mesure se traduirait plutôt par une hausse du reste à charge pour les consommateurs aux corrections visuelles les plus fortes ».

Pas de maîtrise des prix sans les réseaux

Pour l’UFC, les pouvoirs publics seraient mieux inspirés de diligenter sans délai une enquête de la DGCCRF pour sanctionner les fraudes dans le secteur de l’optique. Des fraudes dans le secteur de l’optique ? « La pratique était connue », peut-on lire dans Le Monde daté de mardi, l’enquête de l’UFC réalisée auprès de 1188 points de vente a permis de la quantifier en partie.

Les enquêteurs de l’association ont parcouru les magasins d’optique français en sélectionnant une monture dont le coût était supérieur au montant du remboursement prévu par leur complémentaire. Il n’y avait plus qu’à informer le vendeur de ce fâcheux constat et observer sa réaction. « Dans près d’un cas sur cinq (17,9 %), rapporte l’UFC, alors que l’on était qu’au stade des renseignements, l’opticien a spontanément proposé à l’enquêteur de falsifier la facture envoyée à la complémentaire santé, pour augmenter le remboursement perçu ».

Des fraudes en moins grands nombres ?

Dans 29,5% des cas, les opticiens indépendants ont été pris la main dans le sac. Ce taux est moins répandu dans les magasins des grandes enseignes, « même si l’on doit noter une forte hétérogénéité des pratiques chez ces dernières (6,4% chez Optical Center contre 17,6% pour Grand Optical). Ce tour de passe-passe est préjudiciable à la collectivité. En effet, tout remboursement par la complémentaire santé se traduit par des cotisations supplémentaires ».

Notons toutefois que même si le nombre de fraudes semble élevé, il l’est beaucoup moins que ce que les enquêtes du même type, y compris celles que Santeclair a pu mener, ont révélé par le passé. En 2012, l’enseigne Optical Center avait ainsi obtenu que soit condamné l’enseigne Alain Afflelou à lui verser 1,2 million d’€ de dommages et intérêt après avoir constaté, encore une fois par des visites mystères, que les arrangements de facture étaient monnaie courante chez son concurrent. Que les taux de fraude relevés par l’UFC semblent limités au sein des grandes enseignes, c’est déjà un résultat encourageant.

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.