Réseaux d’opticiens partenaires :    un dispositif qui fait son chemin

Plus de 40 millions de Français sont aujourd’hui susceptibles d’accéder à un réseau d’opticiens partenaires de complémentaires santé afin de bénéficier d’un moindre reste à charge. Depuis 2 ans, les tarifs du secteur diminuent alors que sur les 15 années précédentes ils n’avaient cessé d’augmenter. Le signe d’une régulation qui fonctionne ?

 

L’intérêt que présentent les réseaux de soins mis en place par les organismes complémentaires, semble de plus en plus clair à l’esprit des consommateurs qui, nous le constatons par ailleurs année après année, sont de plus en plus nombreux à y recourir.

D’autant que la presse spécialisée en consommation se prononce régulièrement sur le sujet, invitant ses lecteurs qui souhaitent voir diminuer leur reste à charge à utiliser ce dispositif.

Les revues de consommation unanimes

Le 17 mars dernier, l’UFC Que Choisir publiait en ligne un communiqué sur l’augmentation observée des dépenses en optique appelant les consommateurs qui souhaiteraient limiter la facture « à faire jouer la concurrence entre points de vente physiques et en ligne, notamment à travers les réseaux de soins ».

Même conseil, prodigué par la revue 60 millions de consommateurs quelques jours plus tard dans son numéro d’avril. A l’occasion d’une enquête mystère menée auprès d’une centaine d’opticiens, la revue conseille pour « faire le bon choix »  de regarder du côté des opticiens partenaires des mutuelles « qui s’engagent sur des prix plus bas, en échange d’un flux de clients ».

Dans le domaine de l’optique, les réseaux de soins des complémentaires santé constituent aujourd’hui une option possible pour plus de 40 millions de Français. On estime que dans ce secteur, le taux de fréquentation des réseaux atteint en moyenne 60%. C’est dire si les professionnels partenaires drainent un nombre important de porteurs, attirés par la promesse d’un reste à charge moins élevé.

Depuis 2015, les tarifs diminuent (enfin)

L’intérêt des réseaux ne se joue pas qu’au niveau individuel. Avec la montée en puissance de ce dispositif, c’est l’ensemble du marché qui est impacté. On le voit sur les deux dernières années avec une baisse des tarifs observée pour la première fois depuis 2001.

Dans ses comptes nationaux de la santé pour 2015, publiés en septembre dernier, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) indique ainsi que cette même année, les prix de l’optique ont diminué de 0,3 % par rapport à 2014.

S’il est délicat d’affirmer que le mérite en revient de façon certaine aux réseaux de soins, la Drees n’hésite toutefois pas à poser l’hypothèse : « Le développement récent des réseaux de soins (…) pourrait contribuer à la modération des prix du secteur ».

Une tendance confirmée par l’Insee

L’Insee indique quant à lui qu’en 2016, l’indice des prix des produits d’optique médicale (lunettes et lentilles correctrices) a chuté de plus de 0,5 % (France métropolitaine et Outre-mer). « L’année précédente, il avait déjà enregistré un recul de 0,35% (après de légères progressions de +0,7% en 2014 et +0,45% en 2013) », peut-on lire sur le site de l’Opticien lunetier.

Une diminution attribuable, puisqu’on en est aux hypothèses, non seulement à la modération tarifaire des professionnels adhérents aux réseaux, qui sont, on l’a dit, de plus en plus fréquentés par les consommateurs mais aussi probablement à celle des autres opticiens poussés en ce sens par le cercle vertueux de la concurrence.

A titre de comparaison, selon le premier rapport de l’observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale, publié le 23 mars dernier, les tarifs moyens ont augmenté de 11% entre 2006 et 2014 (soit + 1,35% en moyenne chaque année). Cette augmentation a respectivement été de 12% pour les équipements progressifs et de 4% pour les équipements unifocaux. A noter que dans le même temps, les dépenses ont crû de près de 60% du fait d’un taux de recours en optique en très net accroissement, population vieillissante oblige.

Action sur les tarifs mais aussi sur la qualité

Précisons que le réseau mis sur pied par Santéclair a aussi été bâti avec le souci de proposer aux consommateurs un accueil en magasin et des prestations de qualité ainsi que la garantie que les équipements délivrés sont bien ceux qui ont été facturés.

En amont de la constitution de ce réseau, Santéclair a également sélectionné les meilleurs verriers du marché afin de garantir aux adhérents privilégiant ses opticiens partenaires l’accès à des équipements de qualité.

L’optique est le premier domaine que les complémentaires santé ont investi pour créer des réseaux de professionnels partenaires affichant des tarifs négociés. C’est ainsi que le premier réseau de Santéclair en optique date d’il y a plus de 10 ans.

 

 

 

Articles liés

Partage

About Author

santeclair

Commentaire (0)

Les commentaires sont fermés.