Le blog Santéclair

Toutes les informations et bonnes pratiques pour mieux vous orienter en matière de santé !

Maladies de la Macula : à partir de 55 ans, pensez à vous faire dépister !
Partager
Macula

Les maladies affectant la macula, une zone située au centre de la rétine de l’œil, ne présentent pas de symptômes évidents dans leurs premières phases d’évolution. Plus on les détecte tôt, plus il est aisé d’en minimiser les conséquences. À partir de la cinquantaine, il est donc essentiel de consulter régulièrement un ophtalmologiste afin d’effectuer un dépistage.

La macula est située au centre de la rétine et occupe un diamètre de 2 à 5 mm. C’est au centre de cette zone que l’acuité de l’œil est la meilleure. La macula joue donc un rôle essentiel dans la réalisation des gestes nécessitant de la précision et des activités comme la lecture, la reconnaissance des détails et des visages ou encore la conduite automobile.

Plusieurs pathologies peuvent porter atteinte à l’intégrité de cette zone et provoquer une diminution de l’acuité visuelle. La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est l’une des principales d’entre elles. Cette affection survient généralement après 55 ans et entraîne une altération progressive de la qualité de la vision centrale. Parmi les facteurs de risque liés à la DMLA : le tabagisme, la surcharge pondérale ou encore une alimentation déséquilibrée.

 

Des maladies silencieuses dans un premier temps

Les premiers stades de la maladie ne provoquent pas de symptômes. Elle se manifeste au fil de son évolution par une diminution de l'acuité visuelle, une moindre perception des contrastes, la déformation des lignes (les lignes droites apparaissent gondolées ou ondulées) ou encore l'apparition d'une tâche plus ou moins foncée au milieu du champ de vision.

En l’absence de traitement, la DMLA peut évoluer vers une perte de la vision centrale. Cette affection est la première cause de malvoyance en France chez les 50 ans et plus. A noter que cette maladie ne se guérit pas. On sait en revanche ralentir l’évolution de la DMLA « humide », la forme la plus fréquente de la pathologie. D’où l’importance d’un diagnostic précoce et donc d’un dépistage régulier à partir de 55 ans.

La maculopathie diabétique est une autre affection de la macula. Elle touche environ 30 % des personnes qui sont atteintes de diabète (quel que soit son type) depuis plus de vingt ans. Comme la DMLA, cette pathologie ne génère aucun signe particulier dans les premiers temps. Baisse de l'acuité visuelle, gêne à la lecture, déformations visuelles, perte de la sensibilité aux contrastes ou encore difficulté à percevoir correctement les couleurs sont autant de symptômes qui peuvent ensuite apparaître.

 

Agissez avant que les dégâts ne soient trop importants

L’ancienneté du diabète, l’hyperglycémie chronique et l’hypertension artérielle constituent des facteurs de risque bien identifiés de cette pathologie. La prévention la plus efficace passe là encore par un dépistage précoce, estiment les experts. De fait, plus la maculopathie est diagnostiquée tôt, plus les traitements sont efficaces pour prévenir et ralentir la perte de vision, voire pour améliorer la vue.

C’est pourquoi, les personnes diabétiques sont invitées à faire contrôler leur vue par un spécialiste régulièrement même si leur vision paraît normale. Pour dépister une maculopathie diabétique ou une DMLA, l’ophtalmologiste réalise un examen du fond de l’œil.

Simple, rapide et indolore, cet examen permet de poser le diagnostic d’une éventuelle pathologie avant que celle-ci ne puisse entraîner des complications. Pensez à préciser au moment de la prise de rendez-vous, le motif de votre venue de telle sorte que le médecin puisse prévoir une plage horaire suffisamment large.

 

Délais d’attente : comment les minimiser ?

Reste la question des délais avant d’obtenir un créneau chez le médecin, une problématique qui touche plus particulièrement les spécialistes en ophtalmologie. Les assuré(e)s qui ont accès aux services de Santéclair peuvent bénéficier d’un rendez-vous en moins de deux semaines dans l’un de nos centres d’ophtalmologie partenaires.

On compte cinq de ces centres en région parisienne (Paris, Créteil, Puteaux, Anthony et Versailles) et environ une vingtaine en province (Grande Synthe, Lille, Lens, Elbeuf, Le Neubourg, Poitiers, Bordeaux, Pau, Toulouse, Hochfelden, Troyes, Lons-Le-Saunier, Lyon Ambroise Paré, Lyon Montrochet, Annecy, Voiron, Grenoble, Cavaillon, Aubagne, Marseille, Nice). Les bénéficiaires de nos services peuvent également utiliser via leur espace personnel « MySanteclair » notre outil de géolocalisation où ils trouveront nos centres d’ophtalmologie partenaires et pourront prendre en ligne un rendez-vous.

FOCUS SUR LES "JOURNÉES NATIONALES DE LA MACULA" DU 24 AU 28 JUIN

Lancées en 2007, les Journées nationales d’information et de dépistage de la DMLA, devenues en 2016 les « Journées nationales de la macula ». Cette opération qui se déroule chaque année à la fin du mois de juin vise à promouvoir une meilleure connaissance des maladies de la macula.

Ces journées ont également été instaurées afin d’inciter le public à prendre rendez-vous auprès d’un des ophtalmologistes participant (libéral ou hospitalier) à l’opération pour réaliser un fond de l’œil. Ces journées s’adressent plus particulièrement aux personnes âgées de 55 ans ou plus non suivies ou n’ayant pas bénéficié d’un examen depuis plus d’une année ainsi qu’à celles souffrant de diabète et qui n’ont pas consulté un ophtalmologiste depuis plus d’un an.

« Un traitement, expliquent les promoteurs de ces journées, et/ou des mesures préventives ainsi qu’un programme de surveillance adapté pourront de fait leur être proposés au plus tôt afin d’éviter, dans la mesure du possible, la dégradation visuelle et les complications ». 

Consultez le site dédié à l'événement

 

Retour aux articles 

Partager